Chronique Lecture

Je m’appelle Eliott – Eliott Ide

On parle souvent d’Internet comme d’un lieu dangereux où il faudrait se méfier de tout et de tout le monde. Mais je me rends compte, chaque jour durant, que j’ai beaucoup de chance de croiser des gens formidables. Comme cet Eliott qui m’a contacté par le réseau Linkedin pour vous parler de son récit où il est question de transidentité. Je n’ai pas hésité une seconde, j’adore lire et il se trouve que j’ai déjà chroniqué quelques œuvres…

 

 

Un livre qui se lit vite

 

Comme je suis une assez bonne lectrice, je sens vite si un livre m’intéresse ou pas, si je vais le lire d’une traite ou si je vais carrément en interrompre la lecture. Dès le début, j’ai accroché à ce récit avec un style tout à fait correct et facile à lire. Il s’agit d’une personne née fille, mais qui sait dès son plus jeune âge qu’elle “est” garçon. Pas commun, non ? Attendez de connaître la suite…

 

 

De l’émotion

 

On suit Eliott à travers ses différents âges. L’enfance heureuse du début et l”insouciance cède petit à petit à une souffrance de plus en plus dur à vivre. L’auteur la décrit avec force et subtilité. On vit avec lui son mal-être, le développement d’un corps de jeune femme qu’elle n’accepte pas et ses nombreuses frustrations.

 

Une réflexion sur la transidentité

 

A travers son histoire personnelle, Eliott nous invite à réfléchir sur la notion de genre. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de choisir d’être homme ou femme ? Etant moi-même transgenre, j’ai bien sûr fait la comparaison avec mon histoire personnelle, mais je pense que ce livre doit être justement lu par monsieur et madame tout le monde. Pas dans un but idéologique, mais pour accepter la différence de celles et ceux qui veulent changer d’identité.

 

A lire absolument

 

Je vous conseille donc de vous procurer cette autobiographie. Vous pouvez le faire d’ores et déjà en format papier   et ici en format numérique.

 

Pour vous faire une idée, voici le tout début de ce témoignage :

Je m’appelle Eliott. Je suis né le 6 mai 1997. Ma couleur préférée est le bleu Je suis un garçon. Oui, un garçon. Et pourtant…
Pourtant quoi ? Pourtant, lorsque je suis né, les médecins en ont décidé autrement. Ils ont regardé le petit être que j’étais de 2,5 kg et ont déclaré « C’est une fille ! ». C’est génial ça, mais m’a-t-on demandé mon avis ? Absolument pas. Pourquoi suis-je un garçon ? Et qu’est-ce qu’un garçon ?
Je suis un garçon parce que c’est ce que je ressens au plus profond de moi depuis mon plus jeune âge. Je n’ai pas le souvenir de m’être senti fille un jour.

Pour en savoir plus, rendez-vous ici !